Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FRANÇOIS.

Oui, madame ; monsieur est rentré il y a une demi-heure.


SUZANNE.

Voulez-vous lui dire, s’il est prêt, que je le prie de descendre une seconde ?


FRANÇOIS.

Oui, madame.


GRÂCE.

Oh ! je t’en prie, ne dérange pas ton mari pour nous…


CLAUDE.

Je suis confus… madame… vos bontés…


SUZANNE.

Rien n’est plus naturel.

(Nelly entre par la porte de la salle à manger.)

NELLY, (remettant les cartes à sa mère.)

Maman, voilà.


SUZANNE.

Bien, ma chérie.


NELLY.

Tu vois, c’est bien écrit.


GRÂCE.

C’est ta fille ? Oh ! comme elle est grande et jolie !… Tu permets que je l’embrasse ? Vous voulez bien, mademoiselle, que je vous embrasse ?… Comment s’appelle-t-elle.