Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


époux… Et, comme c’est impossible !… J’ai, crois-le, tout tenté auprès de mon père… Leur fille est morte, ont-ils dit en propres termes, mot pour mot. Tu n’imagines pas les idées de la province sur ce chapitre !


SUZANNE.

Je sais bien qu’il y a des milieux de vieille noblesse très puritaine… Mais avoue aussi qu’il est des mésalliances qui seraient pénibles aux plus modestes !…


GRÂCE.

Je n’en doute pas…


SUZANNE.

Seulement, le coup porté, tes parents, un jour, se résigneront et…


GRÂCE.

Je ne m’occupe que du présent. Ils feront après ce qu’il leur plaira…


SUZANNE.

Mais ils ne vont pas te laisser ici dans le dénuement, j’espère ! Malgré tout, ils t’enverront bien quelques subsides…


GRÂCE.

Il n’en a pas été question. Je ne sais si même ils ne comptent point sur les conséquences des embarras d’argent et d’existence pour me faire abandonner mon Claude… D’ailleurs, nous faisons partie de la noblesse ruinée. L’hôtel et les propriétés de papa sont hypothéqués… Il est perclus de procès… On comptait sur le mariage des trois filles