Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POLICHE.

Rappelez vite ce monsieur dans l’escalier… Dépêchez-vous… criez-lui que j’ai un mot à lui dire.

(Il attend un moment.)


Scène IV


POLICHE, BOUDIER


POLICHE.

Bonjour, mon vieux Boudier… J’ai mille excuses à te faire !…


BOUDIER, (évasif.)

Mais de rien, de rien… Je venais, avant de repartir pour Lyon, faire la visite que je devais à Madame de Rinck, qui m’a reçu d’une façon charmante…


POLICHE.

Ne me bats pas froid… Boudier, je me suis très mal conduit avec toi… Après le petit incident de l’autre jour, je t’avais donné rendez-vous pour le lendemain, et, quand tu es venu, j’ai fait dire que je n’y étais pas… Je pourrais arguer que j’avais beaucoup à faire… Ce ne serait pas vrai… J’étais gêné, embêté… d’avoir à t’expliquer des choses…


BOUDIER.

Mais ce sont des choses qui te concernent exclusivement.


POLICHE.

N’importe !… Ce n’est pas chic de ma part…