Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE.

Ah ! bah ! (Coup d’œil rapide sur l’inconnu.) Enfin, bref, si tu veux m’expliquer, ma chère amie…


GRÂCE.

Oh ! c’est très simple… Monsieur et moi nous nous aimions… à Aix. Mes parents n’ont pas voulu entendre parler de ce mariage… Monsieur Claude Morillot…

(Elle le présente.)

CLAUDE, (se levant et saluant.)

Madame…


GRÂCE.

M. Claude Morillot était mon professeur de piano… Nous faisions beaucoup de musique… tu vois, c’est banal… Monsieur est premier prix du Conservatoire de Nancy.


CLAUDE, (protestant.)

Oh !… il n’y a pas grand mérite…


GRÂCE.

Tu connais mon père ? Tu te souviens de lui ?…


SUZANNE.

Un peu, du moins…


GRÂCE.

Et maman ?… Quand j’ai annoncé ma résolution de me marier selon mon cœur avec l’homme que j’avais choisi, ç’a été un drame. Tu penses ! Notre souche, la vieille aristocratie de la famille…


SUZANNE.

Mais vous êtes un des plus grands noms, je crois, du Roussillon.