Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LAUB.

Si ça continue, je ne vous payerai pas Luchon l’année prochaine.


MADAME LAUB.

Eh bien, on ira à Cancale.


ROSINE.

Hé ! là-bas, les amoureux !… Pas de petits apartés, ici… On doit mettre la conversation en commun.


MADAME LAUB.

Mon mari me disait qu’il était ravi de penser que nous passerions tout l’été prochain à Luchon…


THÉRÉSETTE.

Ah ! vous faites déjà vos projets ! C’est vrai qu’il faut s’y prendre à l’avance. Nous, nous partons dans quelques jours pour la forêt de Fontainebleau… Figurez-vous que Rolsini veut faire un effet d’automne, une grande toile pour le Salon… Je me suis commandé une robe rousse pour symboliser l’automne, je ne vous dis que ça !…


ROSINE.

Où allez-vous, vous, monsieur de Saint-Vast, l’été… Je suis sûre que vous voyagez beaucoup.


SAINT-VAST.

Oh ! du tout, madame. Chez moi, c’est un principe… je ne sors jamais de l’Île-de-France.


ROSINE, (admiratice.)

Je comprends ça !


THÉRÉSETTE.

Au fait, on parle tout le temps de l’Île-de-France,