Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME LAUB.

Non ! Pas avant le goûter… Ça nous enlèverait l’appétit pour l’omelette.


POLICHE.

Comme vous voulez. (Au gérant.) Dites-moi, je montais aussi pour vous demander de la cannelle… Avez-vous de la cannelle sur vous ?


LE GÉRANT, (bougonnant.)

J’en ai dans une armoire, en bas.


POLICHE.

Viens me montrer ça, mon chéri.


LAUB.

Il a un culot !… Et dépêchez-vous, Poliche, hein ?


POLICHE.

Oui, oui… Tu dis, mon chéri, dans une armoire ?

(Il entraîne le gérant aux offices.)


Scène XI


Les Mêmes, moins POLICHE et LE GÉRANT


LAUB, (à sa femme et en aparté.)

Vous faites des avances à ce monsieur… Si vous croyez que je ne vois pas votre manège.


MADAME LAUB.

Vous êtes stupide.