Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beurres ! À nous la résistance vitale, nom de nom !

(Il se précipite sur deux ou trois boîtes de petits beurres qu’il enfonce avec fracas par terre. Il fait une danse de sauvage autour, en criant : « Chahut ! » et piétine les boîtes. Bruit. On rit.)

LAUB, (s’anime et crie.)

Olé ! Olé !

(En mettant gauchement et sans conviction son chapeau sur l’oreille.)

LE GÉRANT, (surgissant à cet instant.)

Monsieur, voyons !… Je suis le gérant de cet établissement !…


POLICHE.

Oui, c’est vous le gérant ! Eh bien, continuez.


LE GÉRANT.

Je m’oppose à…


POLICHE.

Vous êtes comburant, fluidifiant, résolutif et dépuratif, mon ami… Fichez-moi la paix !…


THÉRÉSETTE, (montrant Poliche.)

Cette binette !


MADAME LAUB.

Mais c’est que ça lui va bien !


ROSINE.

Il a l’air né pour ça !


POLICHE, (sortant les provisions de la caisse.)

Voilà, gérant ! Avec cette caisse, les fauves en auront assez ! En état de siège, vous savez… Partagez-vous ça, mes tigresses !… Puisez…