Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SAINT-VAST.

Et, dites-moi donc… le collier me semble bien long… il va devenir un sautoir…


MADAME LAUB.

Ça représente des années de mariage, cher monsieur.


SAINT-VAST.

Monsieur Laub a dû tricher.


MADAME LAUB.

Ah ! nous avons tellement triché tous les deux que nous ne nous rappelons vraiment plus quel est le voleur.


SAINT-VAST.

Vous l’avez déjà trompé, votre mari ?


MADAME LAUB.

Tu, tu, tu, tu !…


SAINT-VAST.

Dites ?…


MADAME LAUB.

Qu’est-ce que ça peut vous faire ?…


SAINT-VAST.

C’est pour un de mes amis que je vous demande ça.


MADAME LAUB.

Pourquoi ?… Il a besoin d’être encouragé, votre ami ?


SAINT-VAST.

Dites toujours. Vous ne parlez jamais sérieusement. Oui ou non ?