Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME LAUB.

C’est ça… Mais savez-vous que vous ne manquez pas d’un certain aplomb, à nous interroger ainsi sur notre vie intime avec ce cynisme et cette tranquillité ? Et je me demande de quel privilège nous vous avons gratifié, nous qui vous connaissons depuis deux jours à peine, pour vous ouvrir, avec cette complaisance, le chapitre des confidences… Nous vous répondons comme de bonnes bêtes, docilement… Pourquoi ? Qui êtes-vous, en somme, derrière vos grandes moustaches toupétueuses, monsieur l’étranger ?


SAINT-VAST.

Oh ! toupétueuses me ravit !… Étranger me ravit moins… En quarante-huit heures on peut se connaître si bien… bien mieux même que nous ne nous connaissons…


MADAME LAUB.

Il y a des gens qui seraient déjà brouillés…


SAINT-VAST.

Avec le mari ou avec la femme ?


MADAME LAUB.

Avec les deux.


SAINT-VAST.

Au fait, votre mari ?…


MADAME LAUB, (l’interrompant.)

Ne parlez pas de Monsieur Laub… Ça me refroidit.