Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POLICHE.

On y va !… Mais, vous savez, il faut compter une petite demi-heure.


MADAME LAUB.

Nous ne sommes pas pressés.


THÉRÉSETTE.

Est-ce bon, au moins ?


POLICHE.

Demandez chez Julien… l’omelette Meireuil, vous verrez. J’ai donné mon nom à une omelette, n’ayant pas encore eu l’occasion de le donner à un enfant.

(Rosine, Madame Laub, Thérésette passent dans la salle à manger dont elles referment la grande porte vitrée.)


Scène V


POLICHE, BOUDIER, SAINT-VAST puis FRANÇOIS


POLICHE.

Je me laverais bien les mains aussi. J’ai conduit l’auto une partie de la route.


SAINT-VAST, (à la petite fontaine qui orne le mur de droite et le savon à la main.)

Voulez-vous ?


POLICHE.

Faites ! faites ! Après vous… je vous en prie.

(Saint-Vast se lave les mains.)