Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉRÉSETTE.

Mais il n’est pas mouillé du tout. C’est un centaure imperméable.


MADAME LAUB.

Toujours aussi strict !


SAINT-VAST.

Je vous remercie… L’étoffe est imperméable, peut-être, mais l’homme ne l’est pas.


ROSINE.

Tournez-vous un peu.


MADAME LAUB.

Mazette !… Quelle pirouette, ma chère !…


LAUB.

Et faites voir votre cravache ! Bigre, ce ne doit pas être agréable de la recevoir sur les reins.


SAINT-VAST.

Ça dépend !


ROSINE.

Et votre cheval, où l’avez-vous mis ?


SAINT-VAST.

Je vais aller le bouchonner tout à l’heure.


BOUDIER.

Une jolie petite bête que vous montez là, d’ailleurs.


SAINT-VAST.

Oui, c’est un normand d’origine bâtarde. Il saute un mètre quatre-vingts, facilement. Il a les