Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOUDIER.

Eh bien ? c’est très drôle ! De quoi vous plaignez-vous ?


MADAME LAUB.

Oh ! la jolie terrasse, par là… En été ce doit être charmant.


LAUB.

Et le cavalier, nous suit-il ?


MADAME LAUB.

Il ne va pas nous perdre, au moins ?


POLICHE.

N’ayez pas peur ! Je lui ai crié de tourner à droite, vers l’hôtel François ier, mais il ne pouvait pas nous suivre à moins de cinq minutes de retard.


ROSINE.

Il doit être frais sous la pluie !…


THÉRÉSETTE.

C’est surtout son cheval que je plains.


LAUB.

Tant pis pour ce monsieur ! S’il pouvait attraper une bonne pleurésie !… Il a voulu faire de l’épate et nous accompagner à cheval… Il n’avait qu’à monter en auto comme tout le monde…


ROSINE.

Mais je ne l’avais pas invité, mon cher.


LAUB.

D’où le connaissez-vous, cet individu ?… Il me porte sur les nerfs.