Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DEUXIÈME GARÇON.

Ça fera toujours un pourboire de plus. Je ne sais pas si le gérant est au bureau… D’ailleurs, s’il dit quelque chose, je me fais payer et je le plaque en cinq secs.



Scène II


POLICHE, puis ROSINE DE RINCK, THÉRÉSETTE, LAUB, MADAME LAUB, BOUDIER, LES GARÇONS.


POLICHE, (au dehors.)

Allez, hue ! camarades ! Sus aux mécréants ! Tiens bon, Giovanni ! À toi, Bonaventure ! La place est vide.


DEUXIÈME GARÇON.

Qu’est-ce que c’est que cet abruti-là ?…


POLICHE, (tendant la main aux personnes qui le suivent et les faisant passer une à une.)

S’il faut tomber je tomberai comme un chêne ! À vous, papa Laub ! À toi, Rosine ; à vous, Thérésette ! Allez ! Allez ! Nous y sommes ! Dieu soit loué, nous avons franchi les montagnes de la Ligurie !


DEUXIÈME GARÇON.

Mais, monsieur, il nous est absolument impossible, je vous assure…


POLICHE.

Poil à la hure.