Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


terne, l’agacement du détail remarqué, de la lézarde qu’on n’avait pas vue… Et n’y pouvoir rien, même avec le raidissement de la volonté, mettrait-on les mains devant les yeux, devant le souvenir, même en s’abattant, pour sangloter, le visage contre les draps de son lit, pendant des soirs, et des soirs !… Si c’est cela l’amour, la vilaine chose !… Je voulais bien l’éprouver, dans toute sa force ; mais, s’il y a au bout ce reniement et cette saleté de l’âme… ah ! le beau coup de cravache et quel plaisir alors à châtier la bête !


LECHÂTELIER.

Vous me faites de la peine… Je ne veux pas vous sentir dans cet état !


GRÂCE.

Non, mais que cela m’advienne à moi, à moi, Grâce de Plessans, après ce que je pensais et disais de moi-même, tout d’un coup, au premier tournant, pour le premier venu, ce serait comique, tout de même !… Et intéressant à savoir, d’ailleurs. Vous faites bien de tenter la partie, tenez… car si je n’ai été que la dupe de moi-même, la sotte provinciale aux idées prétentieuses, infatuée de soi et qui perd la tête devant le premier compliment et le premier homme qu’elle rencontre, le désastre de cette fille-là n’a pas grande importance : vous avez raison !… Il n’y aura qu’à régler les comptes, ma petite !…


LECHÂTELIER.

Oui, petite… très petite… Je vous écoute vous