Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SAUSSY.

Un petit verre d’orangeade, ça vous retrempe une femme…


GRÂCE.

Je préférerais un simple verre d’eau, s’il y en avait.


SAUSSY.

Mais il n’y en a pas… À la guerre comme à la guerre !

(Un vieux domestique, dans le fond, appelle un autre domestique et lui donne un ordre à voix basse.)

SAUSSY, (à Grâce.)

Vous buvez comme les oiseaux, en penchant la tête en arrière… Ça fait drôle.


GRÂCE, (à Mademoiselle d’Andely.)

Voulez-vous me passer une seconde votre éventail, mademoiselle ?… J’ai laissé le mien sur la terrasse.


MADEMOISELLE D’ANDELY.

Tenez.


FRANÇOIS, (le vieux domestique, appelant à nouveau à voix basse un des autres domestiques qui circulent sur la terrasse.)

Charles, l’éventail blanc de Madame Chalandrey… sur la terrasse… très vite.


SAUSSY, (à Grâce.)

Êtes-vous contente de votre séjour ?


GRÂCE.

Charmée.