Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ferments… Autrefois cette femme eût employé sa fierté d’aristocrate aux cultes chastes qui ont fait l’apanage des noblesses passées… Elle aurait été abbesse, — que sais-je ? — ou la sainte Thérèse de sa sous-préfecture… Le rêve naïf de se vouer à Dieu ne leur suffit plus, à ces fleurs issues des sociétés hermétiques d’autrefois, mais qu’a frôlées le vent des préoccupations d’aujourd’hui. Elles ont les mêmes soifs, mais cherchent d’autres moyens de les étancher. Et il faut croire que les idées de la province ont rudement changé, puisque, regarde, de ce qui était autrefois un crime, la mésalliance, elle se fait maintenant une beauté consciente et volontaire.


CLOZIÈRES.

C’est très bien imaginé, parce que tu es le plus raffiné des raffineurs, mon vieux Lechâtelier… Mais savoir alors si vous ne lui rendez pas le plus mauvais service, à cette petite, qui a pris son professeur de piano comme on prend le voile, ou comme on gagne le ciel, en lui redonnant tout à coup, centuplée, une atmosphère de luxe, d’élégance, de vrai chic auquel elle avait renoncé… Dangereux, le jeu que vous lui faites jouer !…


SUZANNE, (songeuse.)

De fait, j’y ai songé… n’est-ce pas, Roger ? Les assiduités du petit de Saussy auprès d’elle m’ennuient même un peu…


LECHÂTELIER, (vivement.)

Mais non… mais non… Il ne sait pas ce qu’il