Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NEKLUDOFF.

C’est vrai… je n’aurais pas dû parler ainsi… Quel est donc ce changement qui s’opère en moi, pour que je m’irrite si fort, que j’humilie à ce point mon beau-frère et que je fasse pleurer ma pauvre Natacha. (Il l’embrasse tendrement.) Voilà Missy… j’ai à lui parler.

(On voit Missy dans le salon, à côté. Nekludoff l'appelle.)

NEKLUDOFF, à Natacha.

Laisse-nous seuls, veux-tu ?

(Natacha va rejoindre son mari, après avoir souri à Missy.)

NEKLUDOFF, à Missy.

Asseyez-vous là, j’ai à vous parler… gravement, Missy.


MISSY.

Je vous écoute.



Scène V


NEKLUDOFF, MISSY


NEKLUDOFF.

Ce que j’ai à vous dire, en vérité, est de toute gravité… Vous sentez-vous en état de bien me comprendre ?


MISSY.

Je suis dans d’excellentes dispositions.