Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NEKLUDOFF.

Mais la pratique ne l’est pour personne. Vos tribunaux à vous sont faits pour maintenir la société dans son état présent, et de là vient qu’ils persécutent et punissent terriblement ceux qui sont au-dessous du niveau commun… et ceux d’ailleurs qui, étant au-dessus de ce niveau, essayent d’élever la société jusqu’à eux.


IGNATY, tremblant.

Je ne puis moi, magistrat, vous laisser dire que des magistrats condamnent des hommes supérieurs au niveau commun… Nous condamnons, au contraire, les gens qui sont le rebut de la société.


NEKLUDOFF.

Et moi, je connais des forçats qui sont incomparablement supérieurs à leurs juges.


IGNATY, pâlissant.

Les tribunaux doivent prévenir le vice… et le corriger.


NEKLUDOFF.

Quelle justice y a-t-il à s’emparer d’un homme déjà dépravé par la paresse et les mauvais exemples pour l’enfermer dans une prison où la paresse lui devient une obligation et où les mauvais exemples l’entourent de toutes parts ?


IGNATY.

Si les hommes ne redoutaient pas la prison