Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NEKLUDOFF.

Je ne suis pas en train, c’est vrai.


LA PRINCESSE, se levant.

Je crois, mon ami, que vous manquez de confiance en vous, comme tous les délicats… Vous viendrez demain, n’est-ce pas ?… Vous savez que ma faiblesse m’interdit de veiller… Venez, Kolossow… Je vous conduis à mon mari… puisqu’il désire vous parler… Vous êtes capables de l’oublier, tous les deux.

(Elle sort en s’appuyant sur Kolossow.)


Scène III


Les Mêmes, moins LA PRINCESSE et KOLOSSOW


NEKLUDOFF.

Et puis, Missy, perdez donc l’habitude de vous habiller comme vous vous habillez… Cette robe est prétentieuse et laide.


MISSY.

Vous la trouviez jolie, l’autre jour.


NEKLUDOFF.

Vraiment ?… c’est que l’autre jour, j’étais stupide.