Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jury, j’ai pensé que peut-être vous étiez indisposé ou que vous aviez oublié que je devais vous ramener en ville dans ma voiture, à la sortie de l’audience.


NEKLUDOFF.

Non, non, du tout…


NIKHINE.

Vous n’êtes pas souffrant ?


NEKLUDOFF.

Souffrant non, ce n’est pas le mot ; agité, oui, terriblement.


NIKHINE.

Qu’avez-vous ? Pourquoi cela ?

(Un huissier rentre parler à voix basse à Nekludoff. Il le congédie.)

NEKLUDOFF.

Il y a… il y a que nous venons de condamner une innocente.


NIKHINE.

Ah ! ce n’est pas la première fois que pareille chose se sera vue… Ah ! ils l’ont condamnée… à la majorité !


NEKLUDOFF.

Oui, avec circonstances atténuantes.