Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de beau sur la terre, que tout cela était pour la petite Katucha.


KATUCHA.

La petite Katucha est heureuse de vous plaire, mais elle n’est pas aussi jolie que vous voulez bien le dire.


NEKLUDOFF.

Oh ! que si !… Te souviens-tu, Katucha, de la fête du village ?


KATUCHA.

Oui.


NEKLUDOFF.

Nous devions courir ensemble. Je te pris par la main, comme ça… une, deux, trois !… et je m’élançai sur la gauche… J’entendais près de moi le frou-frou de ton jupon empesé…


KATUCHA.

Oui, mais vous alliez si vite, si vite, que vous m’avez bientôt dépassée.


NEKLUDOFF.

Et alors ? Dis, puisque tu sais mieux que moi.


KATUCHA.

Et alors… je courus me réfugier derrière un bouquet de sureaux où il était convenu qu’on ne devait pas courir…