Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/388

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce que je vienne les retrouver… N’est-ce pas, c’est compris ?


LA FEMME DE CHAMBRE.

Bien, monsieur.

(Elle sort.)


Scène VIII


RICHARD, RYSBERGUE


RYSBERGUE.

Qu’y a-t-il donc ?


RICHARD.

Père… Elle est ici.


RYSBERGUE.

Qui ?


RICHARD.

Maman.


RYSBERGUE.

Ah !


RICHARD, (parlant, rapidement, empressé.)

Une grosse nouvelle… Je ne sais pas encore ce qui s’est passé… Mais elle a rompu avec de Chambry, définitivement. Elle retourne ici, à Paris, repentante, et c’est à nous qu’elle vient demander pardon… Et asile. Elle est là, dans la chambre de bébé avec Madeleine, qui n’y a pas mis trop de façons… Elles doivent être déjà en train de se réconcilier. Alors écoute, puisque te voilà, ne crois-tu pas, père, qu’il faudrait faire bon-