Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IRÈNE, (sans détacher ses bras du cou de Georget.)

Par exemple !… c’est un souvenir d’esclavage ! Prendre garde, à quoi ? Laisse-moi savourer en paix les privilèges de mon déshonneur.

(Elle reste enlacée devant le domestique.)

GEORGET.

Qu’est-ce que c’est ?


LE DOMESTIQUE.

Un livre que Mlle Deacon envoie à monsieur.


GEORGET.

Ah ! au fait !… (À Irène.) Oh ! rien… un roman dont elle me parlait hier et qu’elle avait promis de me prêter. C’est sans aucune importance… Pourquoi t’en vas-tu ?


IRÈNE.

Moi ? je ne m’en vais pas…


GEORGET.

Si, pour une raison ou pour une autre, tu trouves qu’on se voit trop…


IRÈNE.

Mais tu es fou, chéri !


GEORGET.

Non, non, tu as tiqué quand on a apporté le livre.


IRÈNE.

Je n’ai pas tiqué du tout. Tu te trompes mon chou… Que veux-tu que ça me fasse ? Je la trouve