Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SONIA, bas à Katucha.

Tiens, prends ces clefs et va chercher un savon dans l’armoire de ma chambre.


KATUCHA.

Bien, marraine.

(Elle sort, à petits pas vifs.)

NEKLUDOFF, surpris.

Marraine ?


LAURA

Oui, nous trouvons mieux qu’elle nous appelle ainsi, tu comprends ?… C’est elle qui nous fait la lecture, quelquefois, maintenant… Sœurette ne veut plus qu’elle soit servante.


SONIA.

Oh ! elle fait encore la couture fine, elle sert le café, elle prépare les petites lessives… Nous sommes très contentes d’elle.

(Tikon apporte l'aiguière.)


Scène VIII


Les Mêmes, moins KATUCHA, plus TIKON,
portant l'aiguière.


NEKLUDOFF.

Ne te dérange pas, Tikon, je me servirai moi-même.