Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RICHARD.

Pour ma part, je suis fatigué.


IRÈNE, (sans hésiter.)

Bon. Georget m’accompagnera… (Elle le regarde dans les yeux.) si ça ne l’ennuie pas trop, tout de même, ce jeune homme !


GEORGET, (minaudant.)

Chère madame…


IRÈNE, (jette une fleur de son corsage en l’air, au plafond, comme ça, sans raison ; puis elle pirouette sur ses talons et se dirige vers la porte.)

Je vais mettre mon chapeau… Allons, bien !…


GEORGET.

Quoi ?


IRÈNE, (sur le pas de la porte, la main tendue.)

La pluie.


GEORGET.

Un nuage qui passe. Voyez, il y en a pour cinq minutes !…


IRÈNE.

Cinq minutes, cinq minutes !… Oh ! que c’est rageant !… J’avais une envie folle de sortir, de courir. Mes jambes se sont engourdies à travailler.


GEORGET.

Ça va passer… Attendons.


IRÈNE, (le regardant.)

Je ne peux pas supporter les déceptions.