Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RICHARD, descendant.

Quoi ?


IRÈNE, à l'écart, avec Richard.

C’est trop fort ! Une lettre de chantage, adressée à moi, menaçant, si tu te maries, de faire rompre ton mariage. Et dans quels termes ! J’en suis malade. Quel toupet ! Et portée à domicile encore !


RICHARD.

Mais de qui, sapristi !


IRÈNE.

De ta Nichette, parbleu !


RICHARD.

Impossible.


IRÈNE.

C’est signé.


RICHARD.

En effet ! (Il lit.) Une anonyme : Nichette de Nanteuil… La grue !


IRÈNE.

Je te l’ai toujours dit que c’était une femme dangereuse, qu’elle te ferait avoir des ennuis… Qui a toujours raison ?


RICHARD.

Ah ! la grue des grues !


IRÈNE.

Et elle est capable d’envoyer des lettres de ce genre à Mme Chadeaux. Cela promet ! Si tu tiens un tant soit peu à entrer dans cette famille !