Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADELEINE.

S’il me les demande.


RICHARD.

Il vous les demandera… entendu. Nous avons des goûts très pareils, c’est attendrissant.


MADELEINE.

C’est ennuyeux.


RICHARD.

Pourquoi ?


MADELEINE.

Parce que si nous nous apercevons que nous sommes faits l’un pour l’autre et si nous en restons là, ce sera pour éprouver des regrets considérables.


RICHARD.

Allons donc ! je connais une personne qui était tout à fait persuadée que j’étais indispensable à son bonheur à venir… Eh bien, maintenant, elle est très heureuse avec un monsieur très différent.


MADELEINE.

Il est peut-être mieux que vous…


RICHARD.

Il est très bien. C’est un juge suppléant au parquet de Limoux ; ainsi, vous voyez !


MADELEINE.

Merci, au moins vous êtes encourageant.


MADAME CHADEAUX, qui est descendue.

Madeleine ?