Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MATROBLA.

En vérité, Christ est ressuscité.

(Elles s’embrassent puis reprennent leur ouvrage.)

LA SERVANTE.

C’est la fin de la messe… Les couvertures de ces demoiselles sont faites…


MATROBLA.

Regarde sa malle… Est-elle belle ! Et deux valises !… Dire que je l’ai vu grand comme ça, le petit Dimitri !… Et maintenant voilà qu’il a des moustaches ! Quand je l’ai vu arriver ce soir — j’étais dans la cour de la ferme à donner à manger aux dindes — je me suis dit : « Quel est cet officier que mesdemoiselles nous rapportent ? » Il a fallu qu’il me dise : « Bonjour, vieille peau de bique ! » comme il m’appelait toujours, pour que je le reconnaisse… Deux valises !… avec ses initiales en rouge. Regarde : D. N.


LA SERVANTE.

Est-il vrai, la mère, qu’il reparte déjà demain ?


MATROBLA.

Oui, oui, il est venu un jour, en passant, embrasser tante Sonia et tante Laure, avant d'aller là-bas, avec son régiment, se battre contre les Turcs.


LA SERVANTE.

Contre les Turcs !… Jésus Saint !… nous sommes