Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA MASLOWA.

Je ne sais ; j’ai été frappée un jour de l’insistance des bons yeux bleus de ce prisonnier en veste de caoutchouc. J’ai bien compris aussi qu’il disait des choses pour moi tout haut… mais je n’ai pas beaucoup de temps pour écouter… le travail, n’est-ce pas ? et puis… (Elle hésite.) les visites…


MARIA.

Ah ! oui, les visites du prince amateur en voyage… Tiens, il n’est pas encore venu le cher homme… Il a dû arriver à la halte avant nous cependant… Ses chevaux marchent plus vite que nos jambes. Oui, les visites du Nekludoff ! Mais ce n’est pas la même chose, ma fille ; Nekludoff veut t'épouser par grandeur d’âme et pour réparer… utopie !… Tandis que Simonson, vois-tu, t’aime telle que tu es maintenant, depuis ta faute. Il t’aime simplement parce qu’il t’aime… et parce que c’est toi…

(On entend un brouhaha derrière la palissade et des cris.)

TROISIÈME PRISONNIER.

Allons bon ! Qu’est-ce que c’est !


SIMONSON.

Qui est-ce ?


QUATRIÈME PRISONNIER.

Regardez derrière la palissade.


CINQUIÈME PRISONNIER.

On ne peut pas voir.