Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA VIEILLE.

Oh ! ce que tu étais jolie dans ce temps-là… Vrai, on voit qu’il y a des années !…


LA MASLOWA, tenant la photographie en mains et dans son hébétement, montrant avec le doigt.

C’est moi, ça ? Qu’est-ce que je fais là ?…


LA VIEILLE.

Tu couds… sous un arbre…


LA MASLOWA.

Ah ! oui…


LA BOSSUE.

Tu as l’air de rire… ah ! que c’est drôle ! Tu portais des petits nœuds dans les cheveux.


LA BEAUTÉ.

Et ça, qu’est-ce que c’est ?


LA MASLOWA.

C’est la maison… Ça, là, c’est un pommier qu’il y avait dans le fond du jardin… qui faisait de l’ombre… une petite ombre… Voyez-vous ?… Et puis il y avait de l’eau, là-bas… qui passait… là où il y a un chien.


LA VIEILLE, pour voir.

Donne.


LA MASLOWA, cachant farouchement la photographie sur sa poitrine.

C’est à moi, ça… Il ne faut pas me la prendre, c’est à moi…