Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA GRANDE ROUSSE.

Attends un peu, j’en ai assez d’être engueulée ! Tiens, attrape ça… et ça !

(Elle la cogne.)

LA KORABLEWA.

Ah ! la garce !


LA GRANDE ROUSSE, elle lui arrache les cheveux.

Ta sale perruque !

(Elles s’empoignent à bras le corps.)

LES FEMMES, qui se sont rapprochées.

Arrêtez-les !

(Mêlée, bruit, un enfant crie et pleure.)

LA KORABLEWA.

J’aurai ta peau !


LA GRANDE ROUSSE.

Et tiens !… et tiens !…


DES FEMMES.

Tirez-les donc !


L’ENFANT.

Maman !… maman !


LE GARDIEN, entrant au bruit.

Qu’est-ce qu’il y a ? Ah les bougresses !… Hein ? bougez un peu ! Vous avez donc juré de faire du cachot ?


LA KORABLEWA.

Elle m’a arraché ma natte.