Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA MASLOWA.

Je sais bien… mais c’est la honte qu’il y a… Ce n'est pas à cette destinée-là que je m’étais attendue. Et moi qui étais habituée à vivre dans le luxe !


LA VIEILLE.

Contre Dieu, personne ne peut aller ! Contre Dieu personne ne peut aller !


LA MASLOWA.

Je le sais, petite tante, mais tout de même c’est dur.


UNE FEMME, à l'enfant.

Tiens, va t’amuser avec ça.


LA BOSSUE.

Allez, allez ! mets ça devant le poêle.


UNE FEMME, au tonneau de lessive.

Eh ! vous autres… par ici, un petit peu.


LA BEAUTÉ, dans le fond.

Qu’est-ce qu’a un peu d’huile pour mes cheveux ?


LA GRANDE ROUSSE.

Moi ; j’ai de l’huile de bras !… Ah ! ah ! ah.


UNE FEMME.

Oh ! là ! là ! C' que t’es bête !


UN GARDIEN, entrant.

La Maslowa, où est-elle ?