Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ANDRÉ.

Est-ce par respectabilité que vous fuyez ?


NETCHE.

Êtes-vous bête !


ANDRÉ.

Alors, dites-leur donc un mot, je vous en prie.


NETCHE.

S'il ne faut que cela pour vous faire plaisir !… Où avez-vous mis mon numéro de la Revue verte ?


ANDRÉ.

Que faites-vous en ce moment ?


NETCHE.

Un travail, pour un magazine américain, sur Saint-Quentin… Très intéressant.


GENEVIÈVE, bas à Netche.

Allendez-moi là-haut, dans ma chambre, et ne vous étonnez de rien… J'ai à vous parler.


NETCHE.

Il n'y a qu'une chose qui m’étonne de vous… c’est que vous ne restiez pas pour recevoir cette… personne.


GENEVIÈVE.

Oui, n’est-ce pas ?… Cela me change. Ce que je vais vous annoncer vous étonnera plus encore. (Allant à la rencontre de Valgy et de Bouyou.) Bonjour, mesdemoiselles…



Scène II


Les Mêmes, VALGY, BOUYOU.


VALGY ET BOUYOU, à André qui leur a ouvert la porte.

Ça va ? Bonjour, vous.

(Elles saluent Geneviève.)

GENEVIÈVE.

Asseyez- vous donc, je vous en prie…