Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PAULETTE.

Non, la première coupure, au contraire… Vous savez, Demieulle, c’est dix mille fois mieux ainsi… Ça ne se compare pas…

(Elle se lève.)

ANDRÉ, les bras au ciel.

Tant mieux, tant mieux !


FÉLIX, se rapprochant d’André, bas.

Mon rôle est-il terminé ?


DARTIER, à André.

Je vous demande pardon, cher ami, je finissais avec Garthez… (Appelant.) Gysèle ! (À André et à Félix.) Descendons-nous ensemble ?


ANDRÉ.

Mais tout le monde a fini, je pense… Nous allons tous descendre ensemble… Vous n’y voyez pas d’inconvénient ?


SICAULT.

Oui, la collation est faite… Je garde le manuscrit.


GILLET.

Les pardessus, les cannes, les parapluies…

(Les acteurs, peu à peu, se sont levés.)

VALGY, se rapprochant d'André.

Monsieur Demieulle, un mot… (bas.) C’est ta nouvelle passion ?…. Compliments.


ANDRÉ.

Imbécile !


VALGY.

Oh ! mon pauvre petit, je ne suis pas jalouse, va !… Si ça peut te faire plaisir… Seulement, tu les prends jeunes maintenant. Prends garde, ça te vieillit…