Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène X


Les Mêmes, moins LE DIRECTEUR et DARTIER.

SICAULT, interrompant la conversation générale.

Je vous demande pardon, monsieur Demieulle, mais je voudrais savoir si nous avons fini.


ANDRÉ.

Oui.


PAULETTE, rageuse.

C’est possible, mais je vous avertis que je ne partirai pas sans avoir ma coupure.


ANDRÉ.

Ah ! oui. Eh bien, elle est faite, la coupure… il n’y a qu’à copier dans le manuscrit…


PAULETTE.

Eh bien, allons-y ! Emma ! Bouyou !


ANDRÉ, bas à Gysèle Dartier.

J'ai deux mots à vous dire… mettez vous près du piano… si, si… je suis à vous. (Se retournant vers les acteurs.) Il y a quelque chose à copier… Sicault, voulez-vous collationner avec soin.


EMMA.

Eh bien, et vous ?


ANDRÉ.

Moi ? Jamais de la vie !… J’en ai assez de ma pièce... Tenez... voilà comment on va s’arranger... Voilà la table. (Il prend la table sur le devant de la scène et la porte dans le fond du théâtre.) Vous allez vous mettre autour comme des beaux, sur vos petites chaises… Le manuscrit est très net…


PAULETTE.

Mais nous avons besoin de…


ANDRÉ, vivement.

De Rouchon. Au fait, mon vieux… tiens le manuscrit, tu me rendras service…