Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/322

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME HEIMAN.

Il n’aurait plus manqué que vous tombiez ici !


PIERRE.

J’ai plus de tact… Pourquoi me dites-vous ça ?…


MADAME HEIMAN.

Ah ! parce que !… (À part.) Je ne sais plus que lui dire, moi… (Haut.) Écoutez, vous revenez de Pontoise.


PIERRE.

Non, de plus loin.


MADAME HEIMAN.

En l’occasion, c’est arriver de Pontoise… On ne vous a plus revu, s’il m’en souvient, voyons… depuis la messe de mariage… Malin, va !


PIERRE.

Quoi ?


MADAME HEIMAN.

Rien. Vous pensez bien que depuis lors il a dû se passer des choses, n’importe quoi… mais des choses… Seulement comme vous en êtes resté à la messe de mariage, vous comprenez, ce serait trop long de vous mettre au courant !… C’est même pourquoi j’ai préféré vous traîner de suite chez les Dessandes… Ma foi, je réserve le paquet à Isabelle.


PIERRE.

Odette, rien de grave, hein, j’espère ?


MADAME HEIMAN.

Rien, rien. Comique, au fond… Elle vous expliquera.


PIERRE.

Vous m’avez fait peur… Vos réticences sont exaspérantes, et vous êtes d'une discrétion bien peu israélite !


MADAME HEIMAN, souriant.

Hein… votre prétexte de retour ?…