Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/319

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE IV


Même décor qu’au deuxième acte. C’est le soir du même jour. Une grande lampe allumée ; le feu pétille encore.
Au lever du rideau, madame Heiman, un chapeau sur la tête, et Pierre en costume de voyage. Ils parlent à un domestique, sur le seuil de la grande porte grillée par où ils viennent d’entrer et à travers laquelle on voit la nuit claire.


Scène PREMIÈRE


Un Domestique, MADAME HEIMAN, PIERRE.


LE DOMESTIQUE.

Non, madame. Madame est toujours souffrante. Elle ne va pas mieux, elle n’est pas descendue de sa chambre, depuis que madame est venue à cinq heures… Mais si madame veut que je la fasse prévenir ?


MADAME HEIMAN ET PIERRE.

Non, non. Et Monsieur ?


LE DOMESTIQUE.

Monsieur vient de sortir. Mais pas pour longtemps. Il est allé fumer son cigare dans l’allée des Ormes, probablement… ou du côté du réservoir… Il ne sera pas long.


MADAME HEIMAN.

Mademoiselle ?


LE DOMESTIQUE.

Mademoiselle est couchée à cette heure-ci et d’ailleurs mademoiselle n’est pas descendue de sa chambre non plus, depuis cinq heures…