Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/306

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME HEIMAN.

Mais non, mais non !… Ne vous laissez pas gagner par le sentimentalisme italien de ce phraseur de Pierre… Vous ferez ce que vous eussiez dû faire dès le premier jour… Vous surmonterez la terreur nerveuse qui vous lie à cette enfant et vous me la confierez quelques mois. Je vous ai dit que je m’en chargeais… (Isabelle hausse les épaules de l’air de dire : C’est tout ce qu’ils trouvent, eux !! puis elle ouvre le paquet. — À part.) Oh ! mais ! oh ! mais !…


GEORGES, du dehors.

Un verre d’eau dans mon cabinet… oui, avec un citron.


MADAME HEIMAN.

Voilà Georges… Allons, cachez-lui ces vilains yeux rouges, au moins.


GEORGES, du dehors.

Et ne laissez monter personne.


MADAME HEIMAN.

Pristi, c’est vrai, cette lecture ! Je n’y pensais plus… La Logomachie depuis Charles le Téméraire... Et Victor qui ne revient pas !



Scène X


Les Mêmes, GEORGES, puis JEANNINE


MADAME HEIMAN.

Je suis désolée, Georges ! Je vous demande bien pardon pour monsieur de Chelles de ce retard. Il n’en fait jamais d’autres ! Il y a un malentendu. Je lui avais bien dit, en effet, de passer me prendre à la maison, mais pas si tard…