Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ISABELLE.

Je m’en vais, je m’en vais.


JEANNINE continue ; quand elle a fini, elle tend le papier à Isabelle sans la regarder, par-dessus l’épaule.

Tiens, prends !… (Rapidement, elle se précipite au piano, rougissante, et se met à tapoter de la main droite.) Tu lis ?


ISABELLE.

Oui.

(Isabelle parcourt avidement des yeux. — Silence.)

JEANNINE, toujours de dos, de loin, sans se retourner, en tapotant.

Ne fais pas attention à l'orthographe, ni à la rime, tu sais… Tu as lu ?


ISABELLE, riant mal.

Oui... (Puis tout d’un coup, la voix changée et sifflante malgré elle.) Ce n’est pas méchant, c’est naïf !

(Jeannine se lève brusquement. Elle fixe sur sa sœur un regard interrogatif et haineux.)

JEANNINE.

Je pourrais peut-être te dire des choses moins naïves, si je voulais !… Rends-moi ça…


ISABELLE, cachant le papier derrière son dos.

Pourquoi, Jeannine ?


JEANNINE.

Rends-moi ça tout de suite… rends, tu te moques de moi !


ISABELLE, avec un ricanement dans la voix.

Tu ne veux pas que je les montre à Georges ?


JEANNINE.

Rends, je te dis…

(Elle atteint le papier et le déchire en mille petits morceaux.)

ISABELLE, continuant.

Georges ne les connaît pas ?


JEANNINE, cramoisie de colère et de dépit.

Je ne te répondrai plus jamais, jamais !…