Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX


ISABELLE, JEANNINE.


JEANNINE.

Tu m’as appelée ?


ISABELLE, à part.

Elle… Oh ! elle !


JEANNINE.

Qu’est-ce que tu veux ?


ISABELLE.

Oui, je t’ai appelée pour que tu essayes tes chapeaux qu'on t’a apportés. (Elle ouvre les cartons, elle met un chapeau sur la tête de Jeannine.) Il n’est pas laid, celui-là.


JEANNINE.

Fais voir l’autre. Non…


ISABELLE.

Tu n'aimes pas le pailleté, là devant ? Ça se fait beaucoup.


JEANNINE.

Je préfère le grand bord.


ISABELLE.

Le pailleté a du genre, tu sais… Puis, tu as raison.


JEANNINE.

Et les tiens, ils ne sont pas là ?


ISABELLE.

Oh ! moi… avec mon grand noir… c’est suffisant… La toilette m’est bien égale… à la campagne… je ne suis plus assez jeune, ni assez belle… Toi, c’est amusant de t’habiller, parce que c’est comme une poupée chic… Tu es si jolie ! Tout te va ! Regarde les chapeaux, ils te coiffent tous… la modiste me le disait encore hier… Alors, c’est celui-là que tu as choisi ? Remets-le dans la boîte… (Au moment où Jeannine va sortir, elle tend vivement un porte-cigarette.) Will you have cigarette, miss ?