Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE II


À Sainl-Meilhan. — Résidence sans grand style, bâtie sous la Restauration. — Une grande pièce du rez-de-chaussée, donnant, par une large porte-fenêtre en fer forgé, comme une grille avec vitres, sur un perron et sur un long parc feuillu à peine un peu roux déjà. — La pièce est vaste, gaie et froide ; habilement modernisée, dans les détails, par des mains de femme. À droite et à gauche, portes. Piano à queue. Grande cheminée ancienne, arrangée à l’anglaise, à gauche. — Les meubles sont jolis.
Le rideau se lève sur une scène d’intimité deux mois après le premier acte. À gauche, Isabelle et madame Heiman, près d’une petite table où il y a des boissons. À droite, à distance, Georges tape avec un marteau sur quelque chose qu’on ne distingue pas très bien ; et au milieu d’eux, sur un pouf, face au public, complètement isolée : Jeannine. Elle se ronge un peu les ongles. Elle a un petit polo sur la tête et une cravate rouge.


Scène PREMIÈRE


GEORGES, ISABELLE, MADAME HEIMAN, JEANNINE.


GEORGES.

Quatre heures, déjà ! Comme nous avons déjeuné tard.


ISABELLE.

Et vous n’avez pas encore travaillé aujourd’hui ?


GEORGES.

Chiche ! J’y vais.


ISABELLE, à Madame Heiman.

De la glace ?


MADAME HEIMAN.

Merci. Maintenant on n’en a guère plus besoin… Comme c’est joli toute cette descente vers l’Oise, d’ici !