Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE DOMESTIQUE.

Il reste encore les parents de monsieur et trois ou quatre personnes. Il y a aussi la mère de mademoiselle Thérèse qui attend madame dans le petit salon.


ISABELLE.

Bien. Nous allons renvoyer le tout. (Aux autres.) Passons, voulez-vous. (Georges passe le premier.)


MADAME HEIMAN, montrant Jeannine qu'elle voit de dos, à une table, comme plongée dans la contemplation de photographies.

Regardez-la. Est-elle jolie dans cette pose !


ISABELLE, appelant.

Jeannine !


MADAME HEIMAN.

Elle est plongée dans la contemplation de Saint-Meilhan. Elle n’entend pas.


ISABELLE.

Elle fait semblant de ne pas entendre.


MADAME HEIMAN.

Attendez !


ISABELLE.

Oh ! vous allez lui faire peur.


MADAME HEIMAN, s’approche à pas de loup de Jeannine et lui met la main sur les yeux.

Coucou ! (Elle retire brusquement les mains.) Oh ! vous pleurez, mademoiselle ?


ISABELLE.

Elle pleure ?


MADAME HEIMAN, gênée.

Mais oui, elle pleure ! Oh ! je vous demande pardon, mademoiselle… je ne savais pas…


ISABELLE, vivement.

Ce n’est rien, ce n’est rien. Ne vous en occupez pas.


MADAME HEIMAN.

L’émotion de la journée sans doute.