Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ANDRÉ.

Alors, tu montes dans ta chambre ?


GYSÈLE.

Oui… À demain.


ANDRÉ.

Tu te lèveras de bonne heure ?


GYSÈLE.

Je ne sais pas… ma femme de chambre t'avertira…


NETCHE, faisant un signe du doigt au lifter qui est resté dans le fond.

Voulez-vous avoir l’obligeance de passer cette carte à ce monsieur ?

(Et elle entre dans le room, où elle va rejoindre Geneviève .)

ANDRÉ.

Alors pour l'excursion à la Réserve ?


GYSÈLE, d’un geste las.

Ah ! non ! non… merci.


LE GARÇON, s’approchant, la casquette à la main, à André.

Monsieur.

(Il prend la carte et fait un mouvement.)

ANDRÉ.

Ça, par exemple !


GYSÈLE, qui s’en allait.

Qu’est-ce que c’est ?


ANDRÉ.

Rien… un monsieur… une demande de places pour demain… (Au lifter.) Attendez, je vais répondre. (À Gysèle.) Eh bien, alors, voilà… à demain.


GYSÈLE.

C’est ça…

(Elle s’en va indolente, en emportant des journaux, probablement pour les lire dans son lit.)

ANDRÉ.

Où est cette dame qui vous a remis la carte de visite ?


LE GARÇON.

Elle est entrée dans le room.