Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène II


Les Mêmes, GYSÈLE, BOUYOU, VOIRON.


NETCHE, bas à Geneviève.

Elle n’est donc pas au théâtre avec son André chéri ?…


GENEVIÈVE.

C’est la deuxième fois qu’elle passe et qu’elle nous dévisage.


NETCHE.

Vous ne direz pas que celle-là ne nous a pas vues !… Elle est en jolie compagnie !


VOIRON, chantant.

Trou laï, la, la ! trou la… As-tu le Figaro ?


BOUYOU.

Non, vicomte…


GYSÈLE, affectant de chercher sur la table.

C’était justement lui que je cherchais…


VOIRON.

Alors, filons au théâtre… Je suis du dernier tableau, moi, si vous ne faites rien… Ou alors je vous carbonise la politesse.


GYSÈLE, vivement, gênée du commun de Voiron.

Du tout, nous sortons avec vous, monsieur…


BOUYOU, en sortant, à Voiron, exprès, tout haut.

C’est rigolo, la vie, pas ?…

(Ils sortent tous les trois, Gysèle la dernière.)


Scène III


GENEVIÈVE, NETCHE, Le Prince et La Princesse.


GENEVIÈVE, pensive.

Il n’y a que six mois et pourtant elle a déjà vieilli.

(À ce moment, les Russes se retournent vers Geneviève.)