Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ALONSO, (du fond.)

J’ai détourné ma face du blasphème, mon cher, et je suis tombé sur ces mignonnes qu’on ne veut pas laisser pénétrer dans le chœur…

(De fait, un bedeau s’oppose énergiquement à ce que les femmes désignées franchissent les grilles. Ce sont des filles de la rue pimpantes et babillantes.)



Scène IX


Les Mêmes, LE BEDEAU, LES FILLES DU PEUPLE


LE BEDEAU.

Allez-vous-en !… allez-vous-en !… Ce n’est pas ici votre place !…


ALONSO.

Ô injustice humaine !


LE BEDEAU.

Qu’elles restent dans les bas-côtés !


DON JUAN.

Mes belles ! C’est une indignité !…


UNE FILLE.

Croyez-vous, Monsieur !…


UNE AUTRE.

Il paraît que les filles du peuple ne sont pas dignes d’assister à un aussi bel enterrement.


UNE AUTRE FILLE.

Nous venions voir les obsèques du célèbre Don Juan !


DON JUAN.

Et l’on vous chasse !… Je proteste… L’hom-