Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


où il était de passage et où l’apothicaire le soignait au verjus.


DON JUAN, (furieux, à part.)

Des coliques !… Moi !… Moi !…


BARBADILLO.

Entre nous, n’est-ce pas ?…


ALONSO.

Comptez sur ma discrétion… Je ne partagerais pas ce bol de verjus avec qui que ce soit au monde !…

(Barbadillo passe.)


Scène IV


DON JUAN, ALONSO


DON JUAN.

Tu l’as entendu !… Mort de coliques ! Moi !… Ah ! le rabaisseur des légendes !… le m…


ALONSO, (lui touchant le bras.)

Silence !


DON JUAN.

Quoi ?… On se lève… On s’en va déjà ?… Ah ! non, par exemple ! J’en veux… pour mon argent !


ALONSO.

C’est l’élévation… Agenouille-toi donc.

(Don Juan hésite, puis reste debout. Il contemple un instant la foule agenouillée pendant qu’on entend la sonnette de l’office et que les chants et les orgues se sont tus.)