Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ALONSO.

Dieu seul le sait !…


DON JUAN.

D’ici je vois mieux… Oh !… Celui-là… celui-là… ici !… Bandit… chien… vil dromadaire !…


ALONSO.

Ah ! le Kyrie !…

(On chante le Kyrie. Don Juan s’interrompt. Les têtes s’inclinent. Il attend que le Kyrie soit terminé.)

DON JUAN, (retrouvant sa fureur rouge.)

Don Enrique !… Tu te rappelles ?


ALONSO.

Ce misérable ! ce…


DON JUAN.

Don Enrique, mon rival, auprès de Léonore !… On dirait qu’il ricane… Imbécile, tu me paieras ta grimace de triomphe… Tous les crimes ont leur tarif, tu verras !


ALONSO, (le calmant.)

Mais ne comptent plus pour toi, maintenant !… Réfléchis !


DON JUAN.

Tu as raison… Poussière !… Passons !… (Il s’agrippe au pilier.) Tiens !… Monsieur Dimanche !… Ah ! que c’est gentil de sa part !… Je lui dois tant d’argent !… Vraiment, de notre vivant, nous méconnaissons nos amis, et même nos créanciers !… Brave Monsieur Dimanche !


ALONSO.

Ton tailleur ?


DON JUAN, (signe de la main.)

Je te donnerai un acompte !…