Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PREMIER VALET.

Je ne vois là qu’un avantage, et non un inconvénient !… Il vaut mieux qu’il ait été abattu ?… Et si c’est le maître qui a donné le coup de grâce, Dieu soit loué !

(On trempe des linges dans la vasque et on essuie le visage.)

PREMIER ARCHER.

Maintenant il convient d’aller chercher les hommes du roi !


DEUXIÈME ARCHER.

Laisse donc !… Ceci doit être réglé d’homme à homme !… Il ne faut point d’affaire !

(On entend dans le souterrain la voix de Nunez. Des lumières jettent leurs rayons au dehors et éclairent la scène.)

NUNEZ.

Dehors !… Ah ! je te traînerais plutôt par les cheveux !… Des flambeaux !… De la lumière ! Je veux qu’elle voie comment finit l’histoire galante !… (Il la tire par les bras.) Allons, Madame, chantez votre romance italienne !

Che morte piu dolce que morir per amor…
(Il la traîne et la jette à terre devant ses gens.)

Chantez-la devant vos gens !… Qu’ils assistent à la honte après le châtiment !…


CONSUELITO.

Je n’ai pas honte !… Regardez-moi, serviteurs !… Je n’ai honte que du crime, du forfait qui vient d’être commis !


NUNEZ.

Tu me braves !… Nous réglerons le compte un peu plus tard !…