Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


recalé à vos examens, je vous avertis. (Elle le regarde des pieds à la tête.) Vous vous appelez ?


LE JEUNE HOMME.

D’Ablaincourt… Julien d’Ablaincourt…


MARTHE.

J’ai connu un Guy d’Ablaincourt à Deauville.


LE JEUNE HOMME.

C’est mon cousin… Il est rentré à Poitiers, maintenant !


MARTHE.

Ah ! il n’a pas de veine.

(Un silence.)

LE JEUNE HOMME.

Je vous connais depuis plus longtemps que vous ne le pensez, Mademoiselle !


MARTHE.

Parce que ?… (Il se tait et baisse la tête.) Eh bien !… Parlez… Parce que ?


LE JEUNE HOMME.

Oh ! vous ne devez pas vous souvenir !… C’est idiot !… Un matin de l’année dernière, au mois d’avril, je sortais justement du lycée… j’étais posté sur le trottoir devant une boutique… je regardais en l’air…


MARTHE.

C’est une chanson connue…


LE JEUNE HOMME.

Tout à coup, deux dames ont passé devant moi…