Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE DEUXIÈME

Même décor. Seulement les rideaux de la loggia sont hermétiquement fermés. La table à thé de milieu a été repoussée dans un coin. Une chaise longue a été avancée. Des magazines traînent sur les tapis et sur les meubles. Il est deux heures de l’après-midi.



Scène PREMIÈRE


CARLOS JARRY, MARTHE

(Au lever du rideau, Marthe et Carlos Jarry sont accoudés au piano, l’un à côté de l’autre, penchés sur un livre ouvert, et tous deux de dos au public.)

CARLOS.

Tes seins de gamine.


MARTHE.

Voyons, laisse-moi.


CARLOS.

Et puis par surcroÎt… Ah !


MARTHE.

Ah ! (Ensemble, en chantant.) Petite mâtine, petite mâtine !… (Marthe l’interrompant.) On peut encore couper ça.